2015 Rapport activité

                     

   Rapport activité présenté par le president  Marc Mureau 
                                          30 Mai 2015

 

 

Malgré des élections en 2009, conformes aux souhaits des organismes internationaux et des bailleurs de fonds, Madagascar n’évolue que très peu. Comme l’avait évoqué Régis GLORIEUX dans sa conférence du 24 janvier dernier sur ce pays, l’ensemble des indicateurs économiques et sociaux sont stagnants ou en baisse (pour les personnes qui souhaitent revoir cette conférence, elle est sur le site de l’association   "http://entraide-lyon-fianarantsoa.asso-web.com/"

 

 

Les Filleules

Notre association évolue ; en un an, nous avons accueilli cinq nouveaux parrains, à qui nous souhaitons la bienvenue. Il s’agit de :

Mr et Mme CAMPORESI Jeanine

Mr et Mme LETURE Maguy et Thierry

Mme Marie Line GANDON et Mr PELLET Christian

Mme DUBOST-MARTIN Marie Claude

Mr et Mme JACQUIN Annick.

Nous avons reçu, en préambule tous ces nouveaux parrains pour leur présenter l’association, et les conseiller dans l’action future.

 

Nous avons noté un arrêt, de parrainage  pour raisons personnelles ; 

 

Sur place, nous rencontrons quelques soucis de santé dans 3 familles ; il faut se rappeler qu’il n’y a pas de sécurité sociale pour la population, surtout celle que nous aidons. Alors, il faut trouver des partenaires qui peuvent apporter ces soins, et ce n’est pas toujours évident ; mais nous multiplions les démarches quand c’est nécessaire (l’an dernier, c’était une maman qui était atteinte du cancer d’un sein, et l’opération, effectuée par une fondation asiatique, l’Akbaraly, a été un succès). Pour le cas qui nous préoccupe aujourd’hui, nous sommes à la recherche d’une structure, O.N.G. ou autre, qui puisse prendre en charge une enfant atteinte d’un cancer.

 

Actuellement 177 enfants sont aidés dans le cadre des parrainages. Le document dans la rubrique "Nos Filleules" éclairera sur  les écoles fréquentées par les enfants.

Les statistiques montrent  que beaucoup de ces enfants vont encore en école publique ;
ceci est dû principalement aux  nouvelles familles parrainées, qui n’ont pas encore les moyens de faire scolariser leurs enfants dans les écoles privées (leur priorité, c’est rembourser des dettes éventuelles , parer aux travaux d’urgence, etc…)

 

 

Les Travailleuses Sociales

 

Ces efforts sont aussi (et surtout) fournis par nos travailleuses sociales, Hary et Jeannine, qui multiplient les démarches comme c’est le cas actuellement.

 

La concertation est permanente entre le travail réalisé sur place, et le conseil d’administration qui se réunit ici. Elles réunissent toutes les familles le 1er samedi du mois, et en cas de doute, elles n’hésitent pas à se rendre à l’improviste sur place pour se rendre compte de la situation, préviennent , et si nécessaire, donnent un avertissement pour non-respect de la charte ; le conseil d’administration statue ensuite et prend sa décision.

 

Il faut évoquer également le  travail administratif important réalisé par Hary : l’organisme de crédit malgache, qui était notre interlocuteur financier, s’est retrouvé en règlement judiciaire. Alors qu’un virement avait été fait sur le compte de l’association par le trésorier dans cet organisme, elle s’est investie en multipliant les démarches, afin de récupérer cette somme, et elle y est arrivée. Ses tenues de compte sont exemplaires, et elle se dépense sans compter pour tenir à jour les comptes des mamans.

 

Visite des familles en 2014

 

Nous sommes de plus en plus nombreux à rendre visite aux familles qui sont parrainées à Madagascar. En 2014, 14 personnes ont fait un séjour plus ou moins long à Fianarantsoa, et ont pu participer à des activités ou à des réunions de mamans. Ces rencontres sont riches autant pour les mamans que pour les parrains : ces derniers peuvent constater de visu les conditions de vie dans lesquelles vivent certaines familles, dans une précarité difficile à imaginer, et les mamans sont plus motivées lorsqu’elles se sentent soutenues. On sent néanmoins une amélioration de certaines familles qui sont parrainées depuis un certain temps ; avec l’aide reçue, le quotidien s’améliore, et l’éducation des enfants s’en ressent.

 

Il est à noter qu’une machine à coudre a été remise à l’association, offerte par Christiane ASSADA et les mamans qui le souhaitent, l’utilisent pour différents travaux.

 

Au cours de ces voyages, ont été remis également des médicaments, des livres, des vêtements, des fournitures scolaires, un tensiomètre, ainsi que des ordinateurs portables pour les étudiants universitaires .

 

Echange scolaire

 

Suite à l’exposition sur Madagascar faite à la bibliothèque de Quincieux, une école de Villfranche sur Saône, l’école Pierre Montet, a souhaité une intervention au sein d’une classe (cours préparatoire).Nous sommes allés dans cette école, où les enfants (tous d’origine étrangère) ont visionné les photos puis posés des questions au groupe de 4 que nous étions. Aujourd’hui, un échange avec une école malgache est en cours de concrétisation (en principe, pour la prochaine rentrée scolaire)

 

Divers

 

La commune de Quincieux a mis à disposition de l’association, un local où ses stocks peuvent être entreposés dans de bonne condition.

Le conseil d’administration s’est réuni 4 fois au cours de l’exercice, pour débattre et prendre les décisions qui s’imposent.

Les marchés sont surtout actifs en période de fête, notamment pour Noël. Nous sommes toujours à la recherche de nouveaux marchés, lesquels permettent de faire connaître l’association, et améliorent la trésorerie.

 

En conclusion, nous pouvons dire que l’association est bien structurée, qu’elle peut compter sur des personnes compétentes sur place ; il nous faut leur donner les moyens de bien travailler.



Réagir


CAPTCHA